Leçons du tao

1° Je respecte mon corps et l’entretiens avec soin

Corps et esprit sont intimement liés: en agissant sur le premier, nous perfectionnons le second. Il faut avoir conscience de cette unité profonde et sentir combien l’exercice physique régulier est capital pour l’équilibre intérieur.

A cultiver

  • Pour savoir dans quel état d’esprit je me trouve, j’écoute mon corps: c’est le meilleur baromètre de mon état intérieur.
  • je fais du sport « pour » mon corps et non pas « contre » lui: j’oublie le culte de la performance et progresse à mon rythme.
  • En soignant l’harmonie de mes gestes, je renforce mon harmonie intérieure.
  • Je prends mes repas dans le calme et fais attention à bien mâcher .

 

2° L’énergie qui me traverse me vient de l’univers. Mais c’est à moi de la cultiver

Chacun de nous est relié à tout ce qui existe, car animés par le même « souffle » que les chinois appellent le qi (prononcer « tchi »). Fondement de l’existence et de toutes ses manifestations, cette énergie est le matériau primordial qui se condense en donnant la vie et se dissout lorsqu’elle la retire. A la naissance, notre qi est à l’état brut, et c’est à nous qu’il incombe de l’affiner. Notre bien-être physique et psychique, ainsi que notre accomplissement en tant qu’être humain, dépendent de la qualité du qi qui nous traverse.

A cultiver

  •  je m’habitue à respirer profondément et « en conscience »: en inspirant, j’absorbe le qi intègre; en expirant, je rejette les souffles viciés
  • Si ma posture est mauvaise, mon qi circule moins bien : je pense à redresser mon dos, détendre mes épaules, décrisper mes mains et mes pieds

 

3° Je reste calme et centré en toutes circonstances

Le tao prêche le détachement et la non-avidité. Il donne une grande importance à l’introspection, à la vie contemplative et à la méditation. A son exemple, il faut apprendre à tourner son regard vers l’intérieur et rester maître de soi quoi qu’il arrive.

A cultiver

  •  Je sais que ma perception des choses est souvent erronée, je ne lui donne pas une importance excessive
  • je remercie de ce que j’ai, au lieu de me plaindre de ce que je n’ai pas.

 

4° Chaque chose arrive en son temps: je cultive la patience, l’art de savoir attendre

A cultiver

  • Quand les choses traînent, j’en déduis que le tao m’invite à aller plus doucement
  • Je donne du temps au temps, et profite de l’attente pour mettre de l’ordre dans ma vie et régler les affaires en suspens
  • Je pratique le « non-agir » en m’adaptant au rythme naturel des choses, à la cadence du Tao.

« En cherchant à hâter les choses, on manque le but. Et la poursuite de petits avantages fait avorter les grandes entreprises. » Confucius